Carnet de route

Compte-rendu séjour ski de randonnée à Saint-Véran du 05 au 10 février 2017

Sortie :  ST VERAN du 04/02/2017

Le 20/02/2017 par Erwann Poupart

Des chutes de neige récentes ont amené le risque nivologique à 4 en toutes orientations au-dessus de 2000m, cela a réduit les possibilités de sorties en ski de randonnée.

Dimanche 05 février : Au-dessus d’Aiguille (600m)

Le temps était bouché et avec quelques averses de neige, avec Bruno nous avons fait le choix d’aller dans le secteur de la station d’Aiguille pour aller vers le col de la Lauze et revenir par un parcours en boucle.

Deux groupes de 6 à 7 personnes étaient constitués. Nous sommes montés de 2150m puis j’ai décidé de ne pas poursuivre étant donné les conditions météo et le risque élevé près la forêt sous le col de la Lauze. Nous aurons fait 600m de dénivelée environ. Nous avons alors enlevé les peaux pour descendre sur les anciennes pistes de ski désormais fermée. La neige était très bonne à skier, nous avons juste eu à chercher pendant un bon quart d’heure un ski perdu dans la poudreuse par Philippe qui n’avait pas les lanières ou « litches » mais juste des stop skis.

Nous avons terminé au bar au pied des pistes, puis enchaîné sur un exercice de recherche de DVA. L’exercice a été utile, notamment pour perfectionner la recherche finale. Prendre un peu plus de temps pour bien trouver le minimum de signal en fait gagner beaucoup pour la recherche à la sonde. A noter qu’une ou deux personnes ne connaissaient pas leur DVA, l’exercice aura été pour eux l’occasion d’un premier contact, à rééditer …

Lundi 06 février : La Gardiole de l’alp depuis le Rua (1100m)

Beau temps annoncé et toujours risque 4 en toutes orientations, avec Thierry, j’ai choisi le secteur de la Gardiole de l’alp en partant du village de rua (1100 m de dén.) car présentant des pentes faibles : 20° environ.

Au sommet, notre groupe de 8 rejoint un groupe de 15 personnes emmenées par un guide. Ensuite, nous avons trouvé de la neige hétérogène en haut, parfois dure, parfois poudreuse et qui pouvait surprendre, plus bas elle était généralement poudreuse et agréable à skier, juste dommage que nous n’étions pas seuls à skier ce secteur.

Nous avons pique-niqué avec un grand soleil près de la bergerie qui était occupée par un groupe de raquetteurs.

Puis, nous avons terminé par une descente finale agréable mais il était temps de descendre car la neige s’alourdissait déjà sous l’effet du soleil.

Rq : pas de trace GPS sauvegardée ce jour-ci.

Mardi 07 février : Le col du Bouchet de puis le Roux d’Abries (1000m)

Le risque nivologique a baissé à 3 au-dessus de 2100m.

Nous sommes allés à 8 dans ce vallon « sauvage » où nous n’avons trouvé aucune trace à partir de valprevert. Nous sommes montés jusqu’à la crête finale (2650m d’alt) même si en fait à un col voisin de celui prévu au départ. Nous avons eu de la très bonne neige à skier hormis juste sous le col où elle a été durcie par le vent. Nous avons pu bien glisser au retour dans les traces même si la pente était plus faible en bas. Au final une bonne journée avec une ambiance plus « montagne » que nous n’avions pas eu la veille.

Mercredi 08 février : Mourre-Froid depuis Ville-Vieille (1000m)

La météo était à nouveau annoncée bouchée et avec des averses de neige,

Nous avons décidé avec Bruno d’aller au Mourre-Froid car une grande partie du parcours se fait en forêt. Après un petit écart trop à droite à suivre des traces trompeuses, nous avons atteint le haut de la forêt en devant souvent avoir les cales : la montée n’était pas des plus confortables. A la sortie de la forêt, nous avons entendu plusieurs fois des « wouf » montrant que la sous-couche était instable localement. Nous avons même vu une plaque qui avait cassé juste à la sortie de la forêt. Dans ce secteur, nous nous sommes espacés pour le premier groupe et sommes descendus par un aure itinéraire, tandis que le deuxième groupe emmené par Bruno a fait demi-tour et nous a attendu plus bas. Nous avons renoncé au sommet situé 250m plus car en plein brouillard et du fait des conditions peu engageantes. Nous avons pique-niqué dans le forêt et sommes descendus dans une neige poudreuse agréable à skier même s’il fallait faire un peu attention à maîtriser sa vitesse. Nous avons eu deux chutes causant des petites blessures : un tibia (Eric) qui a percuté une branche, et un doigt retourné (Christophe) à la réception d’une chute dans un virage pris trop rapidement.

Benoit qui est médecin a pu intervenir pour les premiers secours. Eric a pu continuer à skier les autres jours, mais Christophe a dû passer à l’activité raquettes.

Jeudi 09 février : La cabane de Fontouse depuis Arvieux (600m) : « petits skieurs »

Hormis, la petite anecdote d’oubli de ses chaussures de la part de l’encadrant (moi-même) qui lui ont valu de payer son coup à l’arrivée, nous avons fait une randonnée finalement assez sauvage en suivant le GR (rive gauche) car non tracée, une fois croisé un groupe de 4 randonneurs à ski qui ont fait demi-tour car non à l’aise dans ce secteur comportant quelques passages un peu raides en traversée. Nous avons alors poursuivi jusqu’à la cabane, il a fallu tracer dans une neige assez profonde parfois, s’écarter du GR 58 et travailler les conversions …

A la cabane, nous avons pique-niqué, le groupe n’a pas souhaité poursuivre jusqu’au col de Fontouse car ayant eu déjà suffisamment d’efforts à faire jusqu’à la cabane. Nous avons alors pris un itinéraire rive droite plus simple à skier car suivant des larges pistes ce qui a soulagé certaines inquiétudes de devoir descendre par le même itinéraire qu’à la montée.

Au final un parcours un peu sauvage et agréable d’un point de vue randonnée, mais sans doute moins côté ski, plus adapté en raquettes.

Vendredi 10 février : Pic de Ségure (1400m)

Le temps était annoncé mitigé le matin et devant se lever l’après-midi, finalement, le temps était beau dès le matin laissant présager une possible arrivée au sommet.

Au départ de Ristolas, nous 5, avons profité des traces qui montaient dans la forêt, puis à la sortie, nous les avons quittés car elles menaient vers le Pic de Maloqueste et pas le Pic de Segure qui était notre objectif. Pour aller vers le Ségure, j’ai choisi, à 2350m d’alt, de partir en traversée pour rejoindre les vallons sous le Ségure, et ceci en prenant de bonnes distances et en étant en liaison radio avec Eric pour donner des infos sur les conditions que je constatais en traversée. Avec cette orientation Il y avait une bonne sous-couche dure et la couche de neige à tracer était déjà un peu alourdie par le soleil, la stabilité était bonne et il valait mieux car il y avait là une énorme quantité de neige dans cette traversée pouvant recouvrir des skieurs en cas de déclenchement.

Ensuite, il a fallu tracer jusqu’au sommet dans une neige assez profonde. Nous avons été rejoint au sommet par un groupe de 4 « free-riders » qui venaient de faire le Pic de Maloqueste, étaient descendus dans le vallon du pic de Segure, puis remontés dans nos traces.

Au sommet, le peu de jour blanc passager avait disparu, nous avons eu grand beau et pas de vent, nous avons mangé un peu là-haut. Puis nous sommes descendus sur la gauche du sommet en suivant les traces des « free-riders ». Nous avons trouvé de la poudreuse de haut en bas. A signaler dans des ruptures de pentes plus nord, de nombreuses plaques avaient cédé et nous avons dû nous espacer et choisir un itinéraire au plus sûr évitant ces ruptures de pente.

En bas de la descente, nous avons rejoint le sentier descendant qui nous a permis de rejoindre les voitures en glissant en pente douce et quelques passages où il a fallu pousser un peu sur les bras.

 

 

CLUB ALPIN FRANCAIS BEZIERS CAROUX
MAISON DE LA VIE ASSOCIATIVE
15 RUE GENERAL MARGUERITTE
BOITE 128
34500  BEZIERS
Activités du club

Ecole d'Escalade

FACEBOOK

     Page de l'Ecole d'Escalade

Plus d'infos

Ancien site

image

    Site Régis

Plus d'infos

BLOG

Canalblog

     Blog Club Alpin Béziers Caoux

Plus d'infos

Page Facebook Randonnée

Logo Facebook

Page Randonnée

Plus d'infos
Agenda